A la découverte de Kamal, un chasseur d’images en quête de l’Afrique (Portrait)

0
413

Du haut de son 1,90 mètre, Kamal parcourt la sous-région Ouest Africaine pour vivre sa passion derrière les objectifs des caméras et des images. Cela fait bientôt dix ans, que cet homme à l’allure d’un basketteur voyage dans l’univers audiovisuel sénégalais et africain.

Pourtant son parcours le prédestinait  à une autre carrière derrière le comptoir d’une pharmacie pour délivrer des médicaments. Une carrière qu’il a mise au placard pour se jeter dans les terrains sinueux des paysages africains à la recherche d’images, de sensations qu’on ne trouve pas derrière quatre murs.

Qui est vraiment Kamal ?

Kamal est un jeune Sénégalais de 32 ans qui, de son vrai nom, s’appelle Mohamed Mansaré fondateur de  KAMAL Corporation Picture. Je suis né et j’ai grandi à Dakar où j’ai fait mes études sanctionnées par des diplômes comme auxiliaire en officine de pharmacie à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) et dans les Métiers du Numérique en 2011 à SAE. Cette double formation m’a permis d’acquérir un certain nombre de compétences. Par exemple avec mon expérience en pharmacie je maitrise la quasi-totalité des médicaments en officine dans les laboratoires. Et ce savoir me sert toujours même si je ne suis plus dans ce milieu.

Comment es-tu arrivé dans les métiers de l’audiovisuel ?

Bien ! Comme vous l’avez dit dans votre présentation : c’est seulement par passion.  J’ai toujours été attiré par les médias de manière générale. Lors de ma formation j’ai eu la chance de côtoyer de grands professionnels qui m’ont donné davantage de passions pour ces métiers comme le célèbre caméraman sénégalais Khar Fall qui m’a formé au Médias Centre Dakar avec des bases solides en régie camera, en montage, et à la réalisation avant de rallier le Maroc pour une formation complète avec une belle expérience lors de mes parcours professionnels. Pour renforcer mes capacités, j’ai fait une formation en communication avec à la clé un Bachelor en Communication. Ainsi avec une spécialisation dans l’utilisation des réseaux sociaux, j’accompagne les professionnels dans leur stratégie de communication digitale. A travers mes interventions, je transmets mes connaissances du monde digital dans le but d’aider les professionnels à valoriser leurs compétences, accroître leur visibilité, et construire leur marque personnelle sur le web…

Peux-tu revenir avec nous sur quelques événements majeurs que tu as couverts dans le cadre de ton travail ?

 Bon vous savez je suis dans le milieu médiatique depuis bientôt dix ans. J’ai eu à couvrir plusieurs événements. J’ai participé à beaucoup de projets dans le milieu culturel. Récemment, j’ai eu à faire les communications digitale et publicitaire (support vidéo et spot télévisé) lors du Gala des 100 entreprises les plus dynamiques de l’espace UMEOA. De 2012 à 2017, je travaillais en collaboration avec la Fondation Rosa Luxemburg où je gérais tout ce qui concernait la réalisation et la conception des vidéos lors des ateliers de pensée comme les Samedis de l’économie ou les panels, etc. J’ai travaillé entre autre avec Tigo Sénégal, l’USAID, la Fondation Heinrich BÖll, ONUFEMMES, la Banque Mondiale dans le cadre de la Quatrième Mission d’appui à la mise en œuvre du PPAO/WAAP 2A, l’ARCADE (Africaine de Recherche et Coopération pour l’Appui au Développement Endogène) dans le cadre du forum social mondial en Tunisie et au Sénégal en collaboration avec la fondation Afric’Avenir de l’Allemagne, etc. J’en passe car la liste est loin d’être exhaustive.

Quelles sont vos ambitions dans l’avenir ?

Comme tout jeune j’ai beaucoup de projets. En plus de ma boite, mon ambition dans l’avenir est de mettre en place de nouveaux outils et de méthodes de collecte et d’analyse des informations, pour mieux faire l’arbitrage et rassembler des informations ciblées et individualisées sur la clientèle puis analyser le comportement d’achat et assurer une fonction de support à la force des communicants en impliquant l’ensemble des services dans la satisfaction des clients sénégalais et africains. Il s’agit de segmenter et de choisir des cibles, pour la réalisation d’un audite de marque. Et de définir un mécanisme de marketing et de communication surtout une stratégie de communication dans le TIC vis à vis des petites et moyennes entreprises africaine… Je pense aussi dans l’avenir créer un cadre où je pourrai transmettre à mes jeunes frères et sœurs passionnés par le milieu médiatique, toute l’expérience  que j’ai accumulée pour entretenir cette passion et la faire prospérer.

Par Cheikh Ahmadou Tidiane Mané

Journaliste à son compte

sikiri87@yahoo.fr

Facebook Comments