A chacun son combat ! (Par Cheikh Tidiane Mané)

56
Advertisement

Une journaliste a demandé à Thomas Sankara: « Quelle est la qualite d’un bon leader? Il repondit « être à coté du peuple ». Et quelle est l’autre qualité dit la journaliste, Sankara lui répondit la même chose « toujours être a côté du peuple. »

Un leader quelqu’il soit ne peut tirer sa légitimité que de son peuple. Au Sénégal, dans une société où l’argent et le materiel priment sur l’honneur, la dignité, la foi et toutes les valeurs nobles qui font l’Humain, le peuple est devenu la victime d’une oligarchie (politiques, religieux, hommes d’affaires, journalistes) que le pouvoir a fini de dompter et de ranger dans son escarcelle.

Publicité

Le peuple ne pourra se libérer que par la lutte et par ses propres moyens.
Que le peuple ne se trompe pas, la médiation des neutres, il faut être dupe pour y croire. Ils sont tous complices et tiennent plus à leurs prébendes et strapontins au détriment des souffrances de la plèbe. La neutralité c’est de l’hypocrisie et rien d’autre. Comme l’a dit Seid Cheikh Ahmed Tidiane Sy : « ku né damaa neutre woxo dëgg, amna ko andal dafa baxùul ».

Chacun est libre de mener son combat à sa manière mais je vous rappelle une chose les belles paroles ne feront jamais valser l’oppresseur.

En discutant avec un ami sur les formes de luttes (violence, non violence) je lui rappelai que l’adversaire en face de nous définit toujours la forme de lutte à adopter et quand la choisir. Personne dans l’histoire n’est plus pacifique que le Prophète de l’Islam (PSL) mais il est arrivé à un moment de sa mission où se battre était sa seule issue. Ne parlons même pas des El Hadj Oumar, de Mandela, etc. tous avaient choisi la non violence mais au final la confrontation a eu lieu. N’est ce pas Mandela qui avait crée la branche armée de l’ANC, « Umkhonto we sizwe » (fer de lance de la nation) après les massacres de Sharpville?

Je lui rappelai aussi que la violence en tant que telle n’a jamais permis de régler les problémes mais elle permet de rappeler à l’ordre certains esprits butés ayant le monopole de la violence sur la nécessité de se réunir autour d’une table pour discuter. C’est un mal nécessaire dans certaines situations. Malcom X avait choisi la violence et Martin Luther King la non-violence et pourtant ils avaient le même combat contre la ségrégation raciale. C’est une question de choix mais au final ils ont tous les deux étaient assassinés par l’oppresseur. Face à l’injustice personne ne peut jauger la réaction des uns et des autres. « Nitt keneu douko topp bamou seuss ».

Me concernant moi je préfère mourir les armes à la main que d’être opprimé sans résistance. Une cause est noble quand on est prêt à s’y sacrifier. Un meilleur Sénégal vaut tous les sacrifices.

Euh! J’allais oublier pour tous ces soi-disant moralisateurs, je suis assez outillé intellectuellement pour être manipulé par un politicien ou n’importe qui d’ailleurs.

Seule la lutte libère et on ne meurt qu’une seule fois.
Force et Honneur comme le disait les gladiateurs.

Cheikh Ahmadou Tidiane Mané
Doctorant en Histoire travaillant sur les leaders africains assassinés à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Pub