Amadou Hott : «Notre économie n’est pas extravertie comme on le décrit»

0
107

Le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération est formel: «Notre économie n’est pas extravertie comme on le décrit». Certes, poursuit-il «nous obtenons des financements bilatéraux à travers Exim Bank qui exigent que 40% soit exécuté par leurs entreprises».

Sous ce rapport, «nous n’avons le choix, si nous voulons leurs investissements. Et c’est ce qui se passe souvent, soit on laisse pour ne pas avoir Ila Touba, pas d’autoroute MbourKaolack, pas de route des Niayes… Mais, nous leur exigeons que nos entreprises locales participent en tant que cocontractant et quelque fois en qualité de sous-traitant à la hauteur des entreprises étrangères. C’est ça la réalité», a dit le ministre.

Selon lui: «Dans ce gouvernement on ne fait pas de pilotage à vue», tonne-t-il. Et de persister: «Au ministère de l’Economie, on ne fait pas de pilotage à vue, on fait de la planification. Au ministère des finances et du budget, on exécute pas comme le budget mais sur la base de la planification, sur le cadre macroéconomique».

Refusant d’être qualifié «d’hésitant», Amadou Hott invoque l’industrie pharmaceutique pour convaincre: «Sur l’industrie pharmaceutique, nous avons travaillé avec un cabinet international qui a fait du benchmarking. Et nous nous sommes dits qu’il faut une souveraineté pharmaceutique». Et pour ce faire, fait-t-il savoir: «Il faut investir sur les 18 molécules des médicaments qui sont les plus utilisés au Sénégal avec un objectif d’au moins de 35% de nos besoins exprimés en médicaments soit fabriqué ici au Sénégal d’ici 2030».

Mieux ajoutera-t-il «Nous voyons que l’industrie pharmaceutique est en train de porter ces fruits. Je suis heureux de partager avec vous que la société Parenterus qui a été développée par le Fonsis et des fonds privés exclusivement Sénégalais, implantée à Djindère fabrique 12 millions de flacons de solutés massifs qui a démarré il y a seulement, a déjà vendu 10 mille flacons sur le marché local…», s’est ainsi félicité.
Sud Quotidien