3 janvier 2009 – La lettre de Macky Sall à Oumar Bongo qui trahit la volonté de dissoudre Pastef

0
550

Nous sommes le 3 janvier 2009 quand Macky Sall et son parti, l’APR adressait une lettre au président gabonais. Dans celle-ci, il n’y prononce pas des termes en lien avec la finance mais tout renvoie à cela. « Je sollicite vos conseils éclairés, vos orientations et votre appui à tout point de vue », écrivait Macky Sall. Suffisant pour savoir qu’il demandait un appui…. d’un tiers étranger.

Et si son nouveau ministre de l’Intérieur, Antoine Felix Diome, annonce dans son texte que « tout parti politique qui reçoit des subsides de l’étranger ou d’étrangers établis au Sénégal s’expose à la dissolution, conformément à l’article 4 alinéa 2 de la loi de 1981 », il devra aussi dissoudre le parti de son « patron », l’APR.

Pour revenir sur les liens entre Macky Sall et Oumar Bongo, tout s’est huilé le 11 septembre 2011. Le leader de l’Alliance pour la République (APR), Macky Sall, quittait alors le Sénégal pour Libreville, au Gabon. Officiellement, il s’y était rendu pour rencontrer les militants de son parti installés dans ce pays.

Officieusement, l’ancien Premier ministre, candidat déclaré à la présidentielle de février 2012, tentait de rencontrer les officiels gabonais, à commencer par le président gabonais. Pour ce faire, Macky comptait sur certains de ses partisans qui sont des personnes d’influence au Gabon. Parmi lesquelles Abdoulaye Sally Sall, un transitaire qui a pignon sur rue dans ce pays où il est installé depuis plusieurs années et y a bien gagné sa vie.

En ces temps-là, Macky Sall pouvait aussi bénéficier d’un coup de pouce du président burkinabè, Blaise Compaoré, dont il est devenu proche, auprès de son homologue gabonais.